Grand Albigeois

 

Les enjeux du projet Passerelle

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Ajouter aux favorisEnvoyer cette page à un amiImprimer ce document.
Le projet d'ensemble, comprenant la réalisation d'une passerelle et la requalification d'espaces publics, est à la fois une réponse aux enjeux de mobilité du Grand Albigeois, de gestion et de valorisation du bien classé au patrimoine mondial et au service de l’attractivité du territoire.

La passerelle au coeur d'une stratégie globale en faveur d'une mobilité durable

La communauté d'agglomération de l'Albigeois a pour ambition de développer un réseau d'itinéraires et d'aménagements dédiés aux déplacements doux qui soit hiérarchisé, continu et sécurisé sur l'ensemble de son territoire.

Le diagnostic effectué pour l'élaboration du schéma directeur cyclable de la ville d'Albi a mis l'accent sur des franchissements du Tarn limités et saturés :

  • les deux ponts routiers situés en centre-ville cumulent 33 000 véhicules / jour : le Pont-vieux (inclus dans le périmètre UNESCO) et le Pont-neuf (inclus dans le secteur sauvegardé) absorbent une grande partie du transit intra et interurbain ;
  • ces deux ponts sont mal adaptés aux modes de déplacements doux.

Voir l'image en grand Les deux franchissements du Tarn en centre-ville, saturés et limités


Cette étude préconisait d'améliorer les conditions de franchissement du Tarn, qui constitue une coupure forte sur le territoire, avec l'aménagement de deux nouveaux secteurs de franchissement afin de répondre aux logiques de déplacements doux, tant utilitaires que de loisirs.

Ainsi, deux secteurs de franchissement pertinents ont été identifiés :

  • un premier franchissement entre les quartiers de la Piscine et de Cantepau en raison notamment des fortes densités urbaines et de la proximité de pôles d'habitat et d'emploi. Celui-ci a fait l'objet de travaux réalisés, en 2010 et 2011, à la fois par l'Agglomération (accès au pont) et l'Etat (trottoir du pont) et qui permettent aujourd'hui d'observer une augmentation de la fréquentation de cet ouvrage par les piétons et les cyclistes ;
  • un second franchissement entre les quartiers de la Madeleine et du cœur de ville. Celui-ci se justifie au regard des fortes densités urbaines de part et d'autre du Tarn et de la proximité de nombreux équipements et lieux publics, commerces ou administrations générateurs de déplacements en centre-ville (gare, hôpital, lycée, équipements culturels, cité administrative).


Le premier franchissement a été réalisé au nord de la commune d'Albi, au niveau du pont de Cantepau.

Aujourd'hui, l'Agglomération envisage la réalisation d'un second franchissement dans le secteur du Castelviel à Albi avec la proposition de construction d'une passerelle piétonne et cyclable fixée en encorbellement sur le pont ferroviaire franchissant le Tarn.

Voir l'image en grand plan de situation du projet Passerelle

Ce projet se situe dans le périmètre du secteur sauvegardé d'Albi, zone tampon de la Cité épiscopale, classée au patrimoine mondial de l'Unesco en juillet 2010.

Il répond à deux enjeux majeurs en matière de mobilité qui s'inscrivent dans le cadre du futur plan de déplacement urbain (PDU) communautaire :

  • créer une liaison confortable et sécurisée pour les piétons et les cyclistes entre la rive droite du Tarn et le centre-ville d’Albi.
  • redéfinir l’accessibilité au cœur de la ville d’Albi depuis le nord de l’agglomération pour réduire la pression de la circulation et du stationnement automobile.


Ce projet de passerelle constitue, pour l’agglomération albigeoise et sa ville centre, une opportunité d’encourager fortement le recours aux modes de déplacements doux, de gérer une partie du flux de circulation à partir de la rive droite du Tarn (parking relais) et de développer une offre intermodale pour rejoindre le centre-ville d’Albi.

Voir l'image en grand Continuités cyclables de part et d'autre de la passerelle

Au delà des enjeux de vie quotidienne des Albigeois, ce franchissement se justifie également pour le développement de l'attractivité touristique d'Albi et de la nécessaire gestion des flux croissants des visiteurs au sein de la Cité épiscopale.

Loin d'une image de « carte postale », figée et immuable, la Cité épiscopale d'Albi se caractérise par un continuum urbain, qui a toujours évolué au fil des siècles en intégrant les créations contemporaines telles que le Pont-vieux au XIe siècle, le Pont-neuf et le viaduc ferroviaire au XIXe siècle. C'est ce même esprit qui anime aujourd'hui le projet de passerelle qui, dans le respect de la valeur universelle exceptionnelle du bien, prend en compte l'environnement dans lequel il s'insère et constituera le patrimoine culturel de demain.

Il s'agit d'offrir au centre historique une nouvelle ouverture vers le Tarn et un lien avec la base de loisirs de Pratgraussals située en rive droite.

Enfin, au-delà de l'ouvrage en lui-même, la création de cette nouvelle liaison permettra à la ville d'Albi de poursuivre le plan de renouvellement urbain initié en 1996 avec l'aménagement du secteur du Vigan et poursuivi avec la requalification de la place Sainte-Cécile et de ses abords, achevée en 2005. Aussi le projet sera accompagné par l'aménagement des espaces publics situés rive gauche, de part et d'autre du viaduc ferroviaire, avec notamment la requalification et la piétonisation de la place du château, actuellement envahie de voitures et, le traitement des cheminements vers la Cathédrale Sainte-Cécile.

Le projet d'ensemble, comprenant la réalisation d'une passerelle et la requalification d'espaces publics, est donc tout à la fois une réponse aux enjeux de mobilité de l'agglomération, de gestion et de valorisation du bien classé au patrimoine mondial et au service de l’attractivité du territoire. Il est très attendu par les habitants et sera pour les visiteurs un élément exceptionnel de découverte de la Cité épiscopale et de compréhension de ce paysage historique et naturel.

Un positionnement pertinent en centre-ville

Un positionnement au cœur du centre urbain justifié par :

  • les logiques de déplacements des modes doux : trajet direct, le plus court, sans dénivelé et rapide tant pour le marcheur et le cycliste du quotidien que le flâneur et le visiteur. La passerelle ainsi positionnée permettra de réduire de moitié le trajet entre Pratgraussals et la cathédrale de 1 400 m à 700 m, soit 5 à 10 min à pied ou à vélo ;
  • une accessibilité aisée et sans dénivelée depuis les voiries attenantes compatible avec les règles d'accessibilité en vigueur.

Voir l'image en grand Passerelle en encorbellement sur le viaduc ferroviaire : un positionnement au coeur du centre urbain

Un encorbellement au niveau des arches du viaduc. Le positionnement du viaduc ferroviaire sur l'axe idéal entre le centre-ville et le quartier de la Madeleine a conduit à retenir le principe d'une passerelle en encorbellement. Ces études ont abouti à proposer un ancrage de la passerelle sur le viaduc au niveau des arches. Ce positionnement présente des atouts déterminants au regard des aspects techniques, fonctionnels et de découverte du site :

  • positionnement optimum en terme d'accessibilité et de fluidité des parcours par rapport à ligne de foulée idéale ;
  • éloignement par rapport à la voie ferrée ;
  • offre de points de vue intéressants et nouveaux sur l'environnement aval et amont du viaduc.

La réalisation de la passerelle permettra d'améliorer l'accessibilité à la Cité épiscopale et au centre-ville en accédant par voie piétonne et cyclable au centre-ville depuis la rive droite.

Voir l'image en grand Vue en élévation du viaduc ferroviaire

Elle permettra également, dans un deuxième temps :

  • de développer une offre intermodale (voiture-vélo, voiture-marche) permettant la création d'un parking de 240 places aux abords de la base de loisirs de Pratgraussals ;
  • de créer une aire d'accueil adaptée pour les camping-cars en rive droite d'une capacité de 40 emplacements.

Ce qui aura pour effets positifs de diminuer la circulation au niveau du Pont-vieux et de la place Sainte-Cécile et l'engorgement actuel du parking de la cathédrale par les camping-cars.

La passerelle est accompagnée d'un volet aménagement urbain :

  • requalification et piétonisation des espaces publics de la Cité épiscopale aux abords ouest de la cathédrale (places du Château et du Calvaire) ;
  • aménagement de nouveaux parcours de découvertes pour les habitants et les visiteurs par la création de continuités piétonnes majeurs entre les deux rives du Tarn : de Pratgraussals au Parc Rochegude (1,5 km)

Ce qui aura pour effet positif de supprimer le dernier parking de la Cité épiscopale (60 places) et de modifier le vécu quotidien des déplacements dans le centre de l'agglomération.


Partager cet article |
Communauté d'agglomération de l'Albigeois

Communauté d'Agglomération de l'Albigeois

Tél : 05 63 76 06 06
Fax : 05 63 45 72 45

Parc François Mitterrand
81160 Saint-Juéry

Venir nous voir